Myriam : « Il y a moins de pression que dans les entreprises classiques. »